Advertisements

16422552_1486801604664671_8855713070499218571_oL’acceptation de l’autre et la tolérance ne sont pas des acquis. Il faut une veille quotidienne par l’éducation et la sensibilisation. Des solutions visant à souligner les réussites des personnes issues des communautés culturelles et à encourager l’apprentissage de la différence doivent davantage être mises en œuvre. Il faut faire valoir les bons coups des personnes immigrantes.

Lire la Suite…

hm9b-he3La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), dans une étude parue en mai 2012, a révélé une discrimination systémique à l’égard de certaines minorités ethnoculturelles. L’auteur de l’étude Paul Eid, qui a utilisé la formule recommandée par le Bureau international du travail (BIT), révèle que les minorités ou communautés racisées (terme sociologique) ou minorités visibles (terme juridique) subissent une discrimination environ une fois sur trois de la part des employeurs québécois.

Lire la Suite…

Images Doudou LivresLe débat sur le CV anonyme présenté comme un outil de lutte contre la discrimination à l’embauche refait surface dans l’actualité politique québécoise. Cette question,  qui n’est pas nouvelle, a le mérite d’être posée. Voici un texte intégral tiré de mon livre « Intégration professionnelle des personnes immigrantes et identité québécoise : une réflexion sociologique » publié en avril 2014 (analyse pp.169-172). Lire la Suite…

Publié par : Doudou Sow | 2 février 2017

Doudou Sow : lauréat du Mois de l’histoire des Noirs 2017

sow
C’est avec avec fierté et humilité que je reçois cette distinction. La Table ronde du Mois de l’histoire des Noirs m’encourage, à travers cet honneur, à toujours aller de l’avant dans mon implication sociale, un engagement pour une égalité réelle des chances. Il reste beaucoup de chemin à parcourir pour faciliter l’intégration socioprofessionnelle des communautés noires dans la société québécoise et canadienne. Mais nous devons travailler ensemble pour assurer une égalité réelle de tous les citoyens. Les jeunes noirs ont besoin de modèles valorisants. Il faut leur en proposer dans tous les secteurs d’activité afin qu’ils se sentent comme des citoyens à part entière et non entièrement à part. L’emploi favorise une meilleure participation des individus aux défis de la société. Une égalité réelle dans toutes les sphères de la société renforce davantage le sentiment d’appartenance des communautés ethnoculturelles (des parents comme des jeunes de deuxième génération). En conclusion, continuons à relever le défi de travailler ensemble pour renforcer la belle image de Montréal, du Québec, du Canada, sur le plan international, un laboratoire fécond de la richesse de la diversité ethnoculturelle. http://moishistoiredesnoirs.com/laureats/doudou-sow/

Publié par : Doudou Sow | 31 janvier 2017

Terrorisme : personne n’est à l’abri nulle part

Un groupe de citoyens lors de la vigile qui a eu lieu à Montréal en solidarité avec les communautés musulmanes. Photo crédit : Marie-Christine Ladouceur-Girard

Un groupe de citoyens lors de la vigile qui a eu lieu à Montréal en solidarité avec les communautés musulmanes. Photo crédit : Marie-Christine Ladouceur-Girard

Depuis l’attentat terroriste perpétré contre les musulmans à Québec, plusieurs citoyens de confession musulmane m’ont fait part, à juste titre, de leurs inquiétudes.  La question qui revenait sans cesse au téléphone et sur les réseaux sociaux se résumait à celle-ci « Sommes-nous en sécurité au Québec? ». Avec la montée du terrorisme, qui n’a pas qu’un seul visage ou une seule religion, personne n’est à l’abri nulle part. On peut, sans risque de se tromper, affirmer que depuis la tragédie ayant coûté les vies de 6 personnes laissant derrière elles des orphelins, il y a maintenant au Québec, dans notre conscience collective, un avant et un après 29 janvier 2017.  L’exception québécoise et canadienne de tolérance et du vivre ensemble est certainement ébranlée mais elle peut se relever si l’ensemble de la société en tire les leçons. Les musulmans du Québec ne pourraient jamais imaginer que, dans cette société canadienne reconnue mondialement pour le respect de la liberté de conscience et des droits humains, que des fidèles qui souhaitaient prier librement  dans les lieux de culte en arrivent à verrouiller les portes de la mosquée durant les heures de prières (lire à ce sujet l’article de Thomas Gerbet Nouvelles mesures de sécurité à la mosquée de Brossard, la plus grande au Québec). Il faut donc impérativement que les différents acteurs se parlent et nous avons toujours prôné l’idée que l’intégration est une responsabilité partagée entre plusieurs acteurs, d’où le titre de notre deuxième ouvrage. La chronique de ce matin «Plus que jamais, faut qu’on se parle » de l’éditorialiste en chef du journal La Presse, François Cardinal, est pertinente et inclusive en ces moments difficiles.

Lire la Suite…

 

Source : ICI Ontario

http://bit.ly/2jshgwa

 

Publié par : Doudou Sow | 23 décembre 2016

Merci infiniment pour votre fidélité et joyeuses fêtes !

Photo César Dante/Blogue de Doudou Sow (Intégration professionnelle)

Photo César Dante/Blogue de Doudou Sow (Intégration professionnelle)

Merci infiniment pour votre fidélité à :

 Lire nos articles sur l’intégration professionnelle et l’apport positif de l’immigration à la société québécoise et canadienne

 Écouter nos conférences et entrevues radiophoniques sur la participation des personnes immigrantes au marché du travail québécois et la problématique du vivre ensemble

 Regarder nos entrevues télévisées et webvidéos sur les obstacles systémiques à l’intégration en emploi des travailleurs qualifiés immigrants

En qualité de sociologue et praticien de terrain, nous continuerons à réfléchir et à proposer des pistes de solution sur la problématique de l’employabilité, l’analyse de la cohésion sociale, la lutte contre l’exclusion à travers l’insertion socioprofessionnelle des personnes en difficulté.

Nous espérons ainsi sensibiliser les différents acteurs sur les enjeux et défis de l’intégration des immigrants dans la société québécoise (meilleure participation au marché du travail, rapprochement interculturel pour un vivre ensemble, pleine participation des communautés culturelles au développement de leur société d’accueil).

Ensemble, relevons le défi de l’intégration professionnelle et de la cohésion sociale ! Votre fidèle serviteur.

Le rapport annuel du blogue de l’intégration professionnelle sera publié prochainement.
Joyeuses fêtes et Bonne année 2017.

Source : Youtube du magazine d’affaires L’actualité

 

Les difficultés d’intégration des personnes immigrantes en chiffres : les indicateurs de qualité d’emploi, la surreprésentation des femmes immigrantes dans des emplois précaires ainsi que leur taux de chômage très élevé Durée : 09 :48

Table ronde : Présences africaines au Québec dans le cadre de la série « Parlons de nos racines immigrantes », Musée-Observatoire de l’immigration-Université du Québec à Montréal (UQAM), 20 mars 2012, Maison de l’Afrique- Mandingo, Montréal, Canada.

Doudou Sow en compagnie des chargés de cours Erika Nimis et Frédéric Castel _ Photo Stéphane Waffo Touki Montréal

Doudou Sow en compagnie des chargés de cours Erika Nimis et Frédéric Castel _ Photo Stéphane Waffo Touki Montréa

Source : Image internet 375 ans de la Ville de Montréal

Source : Image internet 375 ans de la Ville de Montréal

L’article de Marc Cassivi intitulé « 375 ans, une couleur » nous apprend que dans « une très jolie bande-annonce, dynamique, inspirante, qui met en valeur la ville […]  il n’y a, à l’écran, que des visages blancs comme le [sien]. Pas un seul Montréalais noir ou autochtone, d’origine asiatique, moyen-orientale ou latino-américaine. Pleasantville, PQ, avec un degré zéro de diversité.»

Lire la Suite…

affiche-au-dela-des-quotas

Cliquer sur le bouton lecture, à gauche, dans la barre de son audio pour écouter l’émission

 

Lire la Suite…

Publié par : Doudou Sow | 19 novembre 2016

Aspects multifactoriels de l’intégration sous forme de schéma

Source : Doudou Sow, Intégration : une responsabilité partagée entre la société d’accueil et la personne immigrante, Montréal, avril 2014, p.6, 417 p.

Source : Doudou Sow, Intégration : une responsabilité partagée entre la société d’accueil et la personne immigrante, Montréal, avril 2014, p.6, 417 p.

Lire la Suite…

Images Doudou LivresDans son article « Ces gens qui sont les nôtres », Maud Emmanuelle Labesse, du comité de rédaction Revue Développement social, affirmait ceci : « Quoi qu’on en pense, il est impossible de passer sous silence l’importance de l’immigration dans le passé, le présent et le futur du Québec».

Le Bureau des gouverneurs du Forum économique international des Amériques en collaboration avec le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion a organisé le 13 juin dernier un forum intitulé « Mieux sélectionner, mieux intégrer et mieux vivre ensemble : faire de l’immigration et de la diversité un moteur économique et une source d’enrichissement social ».

Cet exercice pédagogique est salutaire dans un contexte de plus en plus marqué, depuis quelques années, par un déni de l’apport de l’immigration sur les plans économique, démographique et même culturel par certains spécialistes[1] et citoyens ordinaires. Des études ou propos qui ont de plus en plus tendance à culpabiliser les immigrants indiquent que l’immigration n’a pas les vertus qu’on lui prête.

Lire la Suite…

Doudou Sow (1)La mise en valeur des modèles valorisants issus de la diversité ethnoculturelle dans tous les secteurs d’activité : une nécessité pour renforcer le sentiment d’appartenance des jeunes racisés

«Dans nos fictions, de manière générale, les Arabes sont des intégristes, les Noirs, des vendeurs de drogue et les Italiens, tous liés d’une manière ou d’une autre au crime organisé. » (Marc Cassivi, La couleur de la télé, La Presse +,  Édition du 3 février 2014,
section ARTS, écran 3).

Le questionnement du modèle du vivre-ensemble harmonieux a refait surface dernièrement dans l’affaire des « Blackface »[1] et des « moustiques »[2]. Étant donné que la poussière est retombée, nous avons décidé d’en faire une analyse factuelle et pédagogique sur un débat qui est loin d’être terminé tant il est cyclique et pose un véritable enjeu sociétal au Québec.

Le Québec a souvent l’habitude de débattre sur des sujets récurrents pertinents. Mais souvent une information chassant une autre, on remet aux calendes grecques une thématique le temps d’y revenir lors d’une prochaine controverse. Compte tenu d’une immigration massive et de la présence accrue des personnes des minorités visibles à Montréal (20,3% de la population totale dans la région métropolitaine de Montréal selon l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011), le débat de société constructif sur la représentativité multiethnique dans toutes les sphères d’activité (variété culturelle, information ou secteur des médias, fonction publique ou administrations publiques, entreprises privées, etc.) permettrait d’éviter une éventuelle fracture sociale.

Il y a lieu de se questionner sur la représentation des minorités visibles ou racisées à l’écran. L’industrie culturelle comme tous les autres secteurs d’activité ne peut échapper au diagnostic de faible représentation des Québécois issus de la diversité.

Lire la Suite…

doudou-sow-integrationAu moment où le gouvernement du Québec s’apprêterait  à dévoiler sa nouvelle politique et son plan d’action d’immigration, force est de constater que les politiques publiques en la matière n’ont pas donné les résultats escomptés. La non-reconnaissance des acquis entraîne systématiquement une déqualification et un sous-emploi chez les immigrants appartenant à des professions et métiers réglementés. L’analyse des politiques publiques centrées sur l’accès au marché du travail illustre une déqualification et son corollaire, la précarité et l’absence de réussite professionnelle de certaines catégories de population.

Les statistiques catastrophiques concernant les communautés, notamment les Noirs africains, les Haïtiens et les Maghrébins, constituent un signal d’alarme. Si l’on se fie à certaines données et analyses sur la situation des immigrants, l’on peut se questionner sur la précarisation de cette catégorie de personnes, en particulier les minorités visibles ou racisées, et plus grave encore, d’une partie de ces minorités visibles.

Mais, en attendant que les différents acteurs arrêtent de se renvoyer la responsabilité de l’échec de l’intégration des personnes immigrantes notamment les minorités visibles, les chiffres, tristement, continuent à parler d’eux-mêmes.

Lire la Suite…

Publié par : Doudou Sow | 20 février 2016

Minorités racisées et discrimination systémique : état des lieux

Images Doudou Livres« Plusieurs recherches le démontrent : les personnes immigrantes et les femmes en particulier rencontrent encore trop d’obstacles à leur intégration à la communauté québécoise. Et cette discrimination systémique nécessite des changements majeurs. La FTQ est consciente de ses responsabilités en matière de droit à l’égalité auprès de ses membres. » (Daniel Boyer, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, audition Assemblée nationale du Québec, mercredi 27 janvier 2016).

Lire la Suite…

Photos du journal OpenTele

Photo Débat télévisé: Le Québec sait-il intégrer ses immigrants? >- OPEN TÉLÉ MATV avec Sophie Durocher -12 mars 2015-Montréal

Sous-représentation des minorités visibles ou racisées[1] dans les organismes publics et certaines entreprises privées : un débat de société

Le Québec a souvent défendu la pertinence et l’utilité d’une fonction publique représentative de l’ensemble de la population québécoise. Le Québec reste la province canadienne où le secteur public est très important.

Des programmes d’égalité en emploi dans les organismes publics qui datent depuis très longtemps peinent à donner des résultats concrets. Les chiffres actuels d’intégration de minorités culturelles dans les organismes publics sont de loin inférieurs à la cible.  Les nouveaux chiffres rendus publics par le journaliste Thomas Gerbet d’ICI Radio-Canada indiquent un maigre pourcentage (en moyenne 5% sur une population de 11% dans la province québécoise) de minorités visibles dans le secteur public québécois. Une situation de faible taux d’intégration des minorités visibles ou racisées dans la fonction publique risque de perdurer. On peut présumer que l’application de la loi d’accès à l’égalité en emploi va être encore plus problématique dans un contexte où le gouvernement ne remplace pas les départs à la retraite[2].

Lire la Suite…

Publié par : Doudou Sow | 24 décembre 2015

Richesse de la diversité ethnoculturelle au Canada

Lire la Suite…

Publié par : Doudou Sow | 28 octobre 2014

Les compétences recherchées par les employeurs québécois

Compétences recherchées par les employeurs québécoisLe monde du travail est en pleine mutation. En d’autres termes, le marché du travail ne cesse de se métamorphoser. La personne immigrante qui est à la recherche d’un emploi doit être à l’affût de tous les changements organisationnels. Lire la Suite…

Publié par : Doudou Sow | 16 août 2013

Trois verbes magiques pour décrocher un emploi

Photo César Dante/Blogue de Doudou Sow (Intégration professionnelle)

Photo César Dante/Blogue de Doudou Sow (Intégration professionnelle)

Date de première parution : 23 septembre 2008  Dans un contexte de crise économique très difficile, le chercheur d’emploi immigrant doit se montrer très convaincant pour décrocher un emploi dans son domaine de compétences. Lire la Suite…

Publié par : Doudou Sow | 9 septembre 2009

Pertinence du bénévolat

Bénévolat<< Par le don, on mêle son âme à celle de l’autre >>.[1]Mauss Marcel

L’étymologie du mot « bénévolat » vient du latin  benevolus qui signifie « bonne volonté ». Dans la société québécoise, le principe de la dette sans fin fait référence au « principe du don et du contre don » de l’anthropologue Marcel Mauss qui a voulu « comprendre les logiques de l’action humaine ». En effet selon cet auteur, l’individu ne vit pas isolé mais en étroite collaboration avec les autres membres de la société. Chacun a une dette par rapport à un autre et cette dette n’est jamais terminée d’où l’obligation morale de solidarité.

Lire la Suite…

alerte stratégiesDans un contexte de crise économique difficile, la liste des « chômeurs expérimentés » ne cesse de s’allonger. Les exigences des employeurs sont de plus en plus élevées. La demande d’emplois étant supérieure à l’offre; la polyvalence, la proactivité, l’attitude positive, la flexibilité, le bilinguisme et la capacité à bien communiquer constituent des aptitudes nécessaires pour affronter le marché du travail. Pour arriver à tirer leur épingle du jeu, les personnes immigrantes doivent faire preuve de débrouillardise et de persévérance. À ce titre, elles doivent élargir leurs réseaux de contacts. Le bénévolat et le mentorat constituent deux moyens de perfectionnement efficaces pour lutter contre l’isolement mais aussi mieux comprendre la culture organisationnelle, l’environnement de travail et les codes culturels. Lire la Suite…

Image Doudou sowBien malin celui qui pourrait se vanter d’analyser de manière exhaustive la pertinence des associations ethnoculturelles ou monoethniques compte tenu de la complexité de leur rôle. Pour cette raison, notre objectif dans cet article s’efforcera plutôt de montrer l’utilité d’une association ethnoculturelle africaine, non pas dans le cadre politique mais à travers les services de proximité qu’elle offre à ses membres et son ouverture à la société d’accueil.

L’Amicale des Ivoiriens du Canada (AICA), qui a son siège social au Québec, est une association à but non lucratif qui a été créée en décembre 2007. Elle est née de l’initiative de certains pionniers qui, s’étant rendu compte des difficultés d’intégration socioéconomique rencontrées par leurs compatriotes ivoiriens, se sont retrouvés autour des valeurs de solidarité et d’entraide. Comme nous le souligne, M. Frédéric Kouakou, commissaire permanent chargé du réseautage et de l’employabilité de l’Amicale : « L’idée de créer une amicale est venue du fait que nous avons compris qu’il y avait un manque d’organisation et d’encadrement des personnes qui venaient d’arriver sur le sol québécois. La nouvelle génération ivoirienne, poursuit-il, n’a pas voulu vivre les mêmes problèmes que les générations précédentes. Il y avait également un problème d’encadrement par les structures officielles gouvernementales et nous avons voulu donner plus d’information aux compatriotes avant leur arrivée au Québec ».

Lire la Suite…

Older Posts »

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :