Publié par : Doudou Sow | 10 septembre 2013

Contexte religieux : Ce qui fait vraiment peur aux Québécois

imagesCAV7TEZO

Nous pensons fondamentalement que certaines revendications qui émanent directement de « Québécois » issus de parents de la première génération, ou de femmes québécoises mariées à des musulmans, et ayant un discours jugé radical par certains Québécois, font peur aux Québécois.

Cette situation leur fait peur parce qu’en réalité, l’affaire du kirpan et celle de la piscine (fille voilée) concernent des enfants qui sont nés au Québec. On les présentait comme des immigrants, mais ils ne le sont pas. Par contre, dans l’imagerie populaire, on s’attend à ce que les enfants qui sont nés au Québec adoptent les mêmes valeurs culturelles que celles de la société d’accueil. Ces enfants nés en sol québécois ont brisé cette tendance et adoptent les attitudes et habitudes que leurs parents sont supposés avoir. Cet état constitue un choc culturel pour la population d’accueil. Les Québécois s’attendent à ce que les enfants nés au Québec optent pour les valeurs traditionnelles du Québec.

Ces enfants de la deuxième génération tentent de se définir et de se redéfinir et constituent souvent des enfants hybrides. Faut-il y voir un échec de la société ou de l’intégration des enfants? Comment pourrait-on interpréter également le port du voile des filles à 7 ans? Le font-elles vraiment par choix personnel?

Des concepts d’identité inclusive ou double identité culturelle ou « biculturalité » sont à explorer pour ces enfants de deuxième génération.

Les Québécois s’interrogent également sur l’attitude des femmes immigrantes qui font le choix de porter le voile au Québec alors qu’elles n’enfilaient pas le voile dans leur pays d’origine. Sont-elles en quête d’identité?

Les Québécois ont peur de perdre leur identité et se demandent si leurs petits-enfants garderont intact le coté « tricoté serré » compte tenu du métissage culturel contemporain. La peur du lendemain, de voir disparaitre le noyau identitaire majoritaire « Québécois de souche » reste également une préoccupation de la population québécoise. Mais la menace identitaire s’effectue aussi dans les deux sens, aussi bien du côté de la majorité francophone que de celui des minorités ethniques ou culturelles.

Les demandes sont également exprimées par certaines personnes de la communauté juive hassidique. Compte tenu de leur longue présence au Québec (plus de 100 ans), les juifs hassidiques ne sont plus considérés comme des immigrants, mais comme des Québécois à part entière.

Dans toutes les sociétés, notamment européennes, la question identitaire se pose avec acuité. Des sociétés, comme la vieille Europe, défendent bec et ongles leur culture et s’interrogent constamment sur leur identité nationale. Le Québec ne saurait faire exception à la règle sur la délicate question de l’identité québécoise. Mais, l’identité est heureusement évolutive. L’harmonie sociale entre les différentes communautés doit être constamment préservée.

Les Québécois et les Européens, de manière générale, veulent que la religion soit une affaire privée. Les trois religions monothéistes (l’islam, le judaïsme et le christianisme) dérangent ceux qui se réclament de la laïcité pure et dure. À vous d’en juger !

La place de la religion dans les institutions étatiques ou la neutralité religieuse comme garant de l’espace public demeurent, certes, des revendications légitimes d’une société en processus de laïcisation. Mais le débat identitaire ne doit pas occulter les difficultés d’intégration des personnes immigrantes (membres de minorités visibles ou audibles, médecins étrangers, femmes immigrantes).

La situation économique est préoccupante, comme en atteste la perte de plus de 30 000 emplois seulement pour le mois de juillet. Selon le bulletin d’Emploi-Québec sur le marché du travail au Québec, le taux de chômage a augmenté de 0,3 point de pourcentage pour atteindre 8,2 %. L’emploi dans leur domaine de compétences demeure une réelle préoccupation chez les personnes immigrantes, tout comme l’économie l’est pour la société toute entière.

En parlant de l’interdiction des signes religieux ostentatoires dans les institutions publiques, le PQ aurait gagné en crédibilité auprès des immigrants s’il avait également évoqué la question de leur intégration et de la place qu’on leur réserve dans la société. Le taux de chômage est plus élevé (plus de 30 %) dans les communautés immigrantes qui s’expriment pourtant très bien en français : les maghrébins, les Noirs africains et les Haïtiens.

https://doudousow.files.wordpress.com/2013/09/avis-preliminaire-charte-des-valeurs-quebecoises-doudou-sow-8-septembre-2013.pdf


Laisser un commentaire Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :