Publicités
Publié par : Doudou Sow | 9 septembre 2013

Publication de la Charte des valeurs québécoises : Le Québec retient son souffle

imagesCharte DrainvilleLe Québec est, certes, une société de consensus et de compromis, mais certains débats, comme celui des accommodements raisonnables, reviennent sur le tapis bon an mal an. Cette question, loin d’être tranchée, est un exemple palpable de l’interrogation sur la question du vivre-ensemble harmonieux. Des questions liées aux valeurs sont omniprésentes dans un contexte où la diversité prend de plus en plus de place sur l’échiquier national.
Au Québec, le débat sur les accommodements raisonnables a éclaté au printemps 2007 avec la publication du code de vie de Hérouxville. Dans cette perspective, nous cherchons à comprendre les faits afin de pouvoir en donner une lecture exhaustive, surtout dans un contexte où le gouvernement Marois s’apprête à déposer un projet de loi sur la Charte des valeurs québécoises.

Le gouvernement péquiste a même commandé un sondage, publié en mai 2013, pour, probablement, mieux asseoir sa volonté de changer d’appellation ou même rebaptiser la Charte de la laïcité par la Charte des valeurs québécoises . La laïcité, qui est une question très délicate à consommer avec modération, était un thème qui revenait souvent dans le débat sur les accommodements raisonnables.

L’avant-dernier sondage Léger Marketing Que pensent les Québécois des accommodements religieux? Rapport final – avril 2013 (PDF, 42 pages, 1,05 Mo) disponible sur le site du Secrétariat aux institutions démocratiques et à la participation citoyenne, démontre que les Québécois veulent un règlement définitif sur la question des accommodements raisonnables. Mais la question est loin d’être simple parce qu’elle s’appuie sur une ambivalence provinciale-fédérale.

Le Parti québécois, en portant le débat sur les accommodements raisonnables, espère bénéficier d’un appui majoritaire lors des prochaines élections provinciales. L’inscription du « principe de la laïcité comme valeur fondamentale du Québec » est défendue par le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville.

Le Parti québécois (PQ), qui a même mis en place un Comité ministériel de l’identité, a décidé de ne plus se laisser damer le pion sur les questions identitaires depuis que l’Action démocratique du Québec (ADQ) lui avait volé la vedette sur ce sujet extrêmement sensible qui peut, certes, rapporter des votes, tout comme il pourrait devenir un facteur de tension sociale perpétuel s’il n’est pas bien posé. En d’autres termes, le PQ, en utilisant l’argument identitaire à tout bout de champ, risque de s’aliéner une partie des immigrants musulmans ou, de manière générale, d’immigrants d’obédience religieuse dont certains l’ont toujours soupçonné d’être un parti moins favorable à l’immigration.

La dynamique de laïcisation de la société québécoise soulève le débat sur la question du port des signes religieux musulmans dans la fonction publique québécoise, comme le hidjab (voile islamique couvrant uniquement les cheveux), la burqa (voile intégral) et le niqab (voile couvrant les cheveux et le visage à l’exception des yeux), du kippa juif (calotte dont les juifs pratiquants se couvrent la tête), du turban hindou (couvre-chef consistant en une longue écharpe enroulée autour de la tête et avec laquelle les Sikhs cachent leurs cheveux), la croix catholique. Le gouvernement Marois bannirait ces signes religieux ostensibles des ministères et organismes publics, des hôpitaux, des écoles et des centres de la petite enfance (ou CPE).

Selon la compréhension de plusieurs analystes du projet de Charte des valeurs québécoises, le gouvernement Marois vise deux objectifs : affirmer la neutralité de l’État et de ses employés en matière religieuse et établir des balises claires pour les demandes d’accommodements au niveau de la société québécoise.

Dans la rubrique « Une crise des perceptions », le rapport Bouchard-Taylor dressait un diagnostic sur « un certain décalage entre les pratiques qui ont cours sur le terrain (notamment dans les milieux de l’éducation et de la santé) et le sentiment de mécontentement qui s’est élevé dans la population. L’analyse du débat sur la question des accommodements au Québec révèle que 55 % des cas recensés durant les vingt-deux dernières années (soit 40 cas sur 73) ont été portés à l’attention publique durant la seule période allant de mars 2006 à juin 2007. L’enquête menée sur les cas les plus médiatisés durant cette période d’ébullition révèle que, dans 15 cas sur 21, il existait des distorsions importantes entre les perceptions générales de la population et la réalité des faits telle que nous avons pu la reconstituer. Autrement dit, la vision négative des accommodements qui s’est propagée dans la population reposait souvent sur une perception erronée ou partielle des pratiques ayant cours sur le terrain . »

Le faible nombre de cas d’accommodements raisonnables n’enlève pas, chez la population québécoise, la perception ou le sentiment que le gouvernement libéral provincial concédait trop d’accommodements aux personnes immigrantes.
Certains Québécois parlaient du manque de courage politique des politiciens, des observateurs pointant aussi du doigt les médias qui auraient monté en épingle certains incidents.

Au-delà de la récupération politique et du discours démagogique qui ont été faits sur la question des accommodements raisonnables ou déraisonnables, il convient d’analyser les raisons qui ont poussé les Québécois à redéfinir leur identité.

La publication du projet de loi sur la Charte des valeurs québécoises prévue pour demain matin alimentera de vifs débats de société.

Souhaitons que le ton qui devrait suivre pendant et après le dépôt du projet de loi sur la Charte des valeurs québécoises soit respectueux et que la question du taux de chômage alarmant chez les néo-Québécois fasse également partie des enjeux.

https://doudousow.files.wordpress.com/2013/09/avis-preliminaire-charte-des-valeurs-quebecoises-doudou-sow-8-septembre-2013.pdf

Publicités

Responses

  1. Je pense avoir trouvé la solution concernant le port du VOILE pour cacher les cheveux des femmes
    UNE PERRUQUE OU ENCORE UN VOILE FAIT EN CHEVEUX….
    Nous sommes au 21e siècle, donc capable d’inventer des moyens pour répondre au CORAN.
    Devevons génial…NON!


Laisser un commentaire Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :