Publié par : Doudou Sow | 28 août 2012

Un petit rappel des faits à l’attention du Dr Réjean Hébert ! par Doudou SOW*

Photo: Ninon Pednault, La Presse

J’ai lu avec beaucoup d’attention ce matin un article de la Presse Canadienne repris par le journal Métro intitulé «  Médecins : Hébert ne craint pas Barrette ». La Presse Canadienne nous apprend que : « Le Dr Réjean Hébert, destiné à devenir le prochain ministre de la Santé dans un gouvernement péquiste, se dit prêt à en découdre avec les puissants lobbys de médecins qui pourraient vouloir opposer de la résistance aux changements qu’il veut imposer. » J’ai failli tomber de ma chaise quand j’ai appris la nouvelle. Ben voyons donc ! Le président de la Conférence des doyens des facultés de médecine a fait exactement la même chose qu’il est en train de dénoncer aujourd’hui dans le contexte de la campagne électorale. Dans mon article intitulé « Faut-il fermer les vannes de l’immigration aux médecins diplômés à l’étranger? » en date du 20 octobre 2010, je dénonçais, avec la dernière énergie, les propos inadmissibles qu’il avait tenus à l’égard des médecins diplômés hors du Canada et des États-Unis (DHCEU). « On est rendu à un stade où les médecins des facultés de médecine qui encadrent ceux qui ont réussi à leurs examens continuent à entretenir des préjugés sur les compétences des médecins étrangers. Souvenons-nous des propos inadmissibles et intolérables du Dr Réjean Hébert ? Il cherchait à justifier systématiquement que les diplômes ne suffisent pas pour être acceptés et que finalement un candidat doit aussi présenter des habiletés cliniques suffisantes. Celui qui parlait de l’incompétence des médecins étrangers dans certaines disciplines disait que l’évaluation des médecins étrangers peut se faire sans même rencontrer le médecin.Dans cette mesure pourrait-on donner raison au Dr Comlan Amouzou qui avait qualifié à l’époque dans les colonnes du Journal Le Devoir les propos du Dr Réjean Hébert « d’irresponsables et de discriminatoires »[1]. Les propos du Dr Yves Lamontagne (« médecins des colonies ») et Dr Réjean Hébert (incompétences des médecins étrangers)  sur les médecins étrangers n’honorent pas leurs auteurs. Ils renforcent les clichés sur les médecins étrangers.

Les médecins formés à l’étranger n’ont encore rien coûté au système de santé québécois. Dr Réjean Hébert voulait faire croire à la population que les médecins étrangers coûtent cher aux facultés de médecine et contribuables québécois. Cette stratégie qui vise à monter la population québécoise contre les médecins étrangers, en faisant référence à la question de l’argent, est indigne et démagogique. Il avait senti que la population québécoise est sensible aux difficultés vécues par les médecins diplômés à l’étranger. Son objectif d’isoler les médecins étrangers n’a pas trouvé un appui favorable auprès de la population. Une stratégie du diviser pour mieux régner dangereuse et illogique qui n’a pas sa place dans la société québécoise.

Concernant ses propos sur les ressources et l’encadrement des médecins étrangers parce qu’ils sont « incompétents », nul besoin d’être mathématicien ou statisticien pour se rendre compte qu’il serait plus coûteux de laisser un médecin étranger sur le bien-être social pendant dix ans que de former un médecin pendant deux ans en adaptant ses compétences aux conditions de médecine du Québec.

Des médecins québécois sont formés avec les deniers des contribuables pour aller servir en Ontario ou aux États-Unis tandis que, pendant ce temps, des médecins étrangers formés à l’étranger et qui n’ont rien coûté au Québec se voient refuser la pratique en dépit d’un intérêt très grand manifesté pour la Belle Province. Ces médecins ont pourtant fait de la médecine leur vocation et aiment aider les personnes à retrouver leur pleine santé. Hippocrate, le père de la médecine grecque, aurait apprécié.

Alors en ce moment, quel est le prix le plus lourd à payer entre celui qui est formé au Québec et qui préfère par la suite  monnayer ses talents dans d’autres contextes, profiter de bonnes conditions de travail et celui qui est formé à l’étranger et qui ne coûte pas un cent à l’économie québécoise. La réponse, est évidente, à notre avis : un manque à gagner énorme pour le système de santé médical québécois. » (Fin de citation).

Bienvenu en politique, Dr Hébert !

Pour lire l’intégralité du texte «  Faut-il fermer les vannes de l’immigration aux médecins diplômés à l’étranger? », veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

https://doudousow.wordpress.com/2010/10/20/faut-il-fermer-les-vannes-de-l%E2%80%99immigration-aux-medecins-diplomes-a-l%E2%80%99etranger/

 

Doudou SOW

Québécois d’origine sénégalaise, sociologue-blogueur.


[1] Les médecins étrangers réclament justice : Selon eux, le processus de sélection actuel favorise l’exclusion et la stigmatisation des immigrants, Louise-Maude Rioux Soucy, Le Devoir,  17 mai 2007.


Responses

  1. Bonne analyse M. Sow!

    Sans être partisan de la politique politicienne, il s’avère cependant juste et équitable d’éclairer l’opinion populaire au sujet des idées et penchants de ceux et celles qui veulent nous représenter. Documentation à l’appui, vos propos me semblent logiques et crédibles! Merci!

    Richard B.


Laisser un commentaire Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :